Cidre de glace

Neige Récolte d'hiver

46 prix
,,

« /.../ summum en matière de Cidre de Glace/.../ Cette cuvée prestige (le 2007) possède un nez éclatant, mais tout aussi racé et élégant, façon Obama (!) »

François Chartier, « Comment recevoir la visite présidentielle ? », La Presse, 31 janvier 2009.

,,

«La Face cachée de la pomme produit le meilleur Cidre de Glace du monde... et du Québec. L'adage selon lequel «nul n'est prophète en son pays» ne s'applique pas à la cidrerie de la Face cachée de la pomme. /.../ Sa Récolte d'hiver 2012 décroche maintenant la plus haute distinction au Concours des Cidres de Glace du Québec.»

Karyne Duplessis Piché. La Presse, 4 février 2014.

,,

«Il a la sophistication du vin et est élaboré comme tel mais uniquement avec des pommes. Il titre 10 à 12,5° parce que les sucres naturels du fruit sont concentrés par le froid des hivers québécois. Du moelleux affirmé en bouche soutenu par une jolie acidité qui révèle la pomme dans toute sa complexité gustative, telle est la promesse de ce nectar haut de gamme : Neige!»

Riche et onctueux. Fruits jaunes. Agrumes confits et framboise.

Récolte d’hiver 2012. Assemblage de pommes cueillies à la main: Fuji, Pouliot, Golden Russet, Honey Gold et Primavera.

12,5 % alc./vol.
Sans gluten et vegane.

Robe légèrement orangée aux reflets cuivrés. Larmes persistantes.

Fruits exotiques, abricot et courges.

6°C. Servir bien froid.
Prêt à boire, il possède néanmoins une capacité de vieillissement qui permet de le savourer pendant plusieurs années (entre 2013 et 2024).

Un dessert en soi! Merveilleux avec un foie gras, un plateau de fromages (p.e. persillés), les glaces et les sorbets.

Servez-le avec un morceau de tarte aux pommes...

Essayez-le en granité!

Format : 375 ml
Édition limitée : 9574 bouteilles.

Neige Récolte d’hiver est un Cidre de Glace exceptionnel. Il est uniquement produit à partir de variétés de pommes qui ne tombent pas à l’automne.

Cueillies à la main entre décembre 2012 et février 2013, alors que la température avoisinait les –15 °C, les fruits demeurés accrochés aux arbres sont alors déshydratés par le soleil et littéralement cuits par le froid et le vent. Les sucres ont été concentrés par cryoextraction naturelle. Les pommes ont été pressées gelées pour en extraire le précieux nectar. Le moût ainsi recueilli a ensuite été placé en cuves d’inox, où il a fermenté 8 mois, à basse température, avant d’être embouteillé.

Voir la fiche technique